Découvrez gratuitement nos contenus !

Recevez chaque jour l’actualité sociale, juridique, européenne ou internationale par mail

UE : le nombre de ruptures de contrats de travail pour qualifier un licenciement collectif doit s’apprécier sur une période glissante (CJUE)
Planet Labor, 12 novembre 2020, n°12221 - www.planetlabor.com

La période de référence de 30 ou 90 jours (laissée au choix des Etats)– posée par la directive 98/59 afin de qualifier un licenciement collectif sur la base du nombre de ruptures de contrats de travail intervenues pendant cette période – doit-elle précéder, succéder ou couvrir la cession du contrat de travail d’un plaignant qui demande à bénéficier du régime des licenciements collectifs ? La CJUE a répondu à cette question préjudicielle émanant d’une juridiction espagnole, dans un arrêt rendu hier 11 novembre, en affirmant que cette période de référence devait être constituée de « toute période de 30 ou de 90 jours consécutifs au cours de laquelle le licenciement individuel contesté est intervenu ». Dit autrement, c’est sur une échelle de temps glissante que doit s’apprécier le nombre de ruptures de contrats de travail pour des raisons non inhérentes à la personne. Avec cette interprétation, la CJUE veut s’assurer que les entreprises ne pourront pas chercher à contourner la loi, ainsi que garantir au maximum de travailleurs le bénéfice du régime plus protecteur reconnu en cas de licenciement collectif.

2354 caractères restants

Pour lire l’intégralité de cet article