Découvrez gratuitement nos contenus !

Recevez chaque jour l’actualité sociale, juridique, européenne ou internationale par mail

Autriche : les partenaires sociaux annoncent un « accord collectif général » pour soutenir la nouvelle stratégie nationale de test
Planet Labor, 15 janvier 2021, n°12313 - www.planetlabor.com

Le 9 janvier dernier, après concertation avec les chefs des Länder et les partenaires sociaux, le gouvernement autrichien a annoncé la mise en place d’une nouvelle stratégie de tests qui, en parallèle de la campagne nationale de vaccination, doit permettre d’associer les mesures de confinement en vigueur, avec un meilleur niveau d’ouverture de secteurs tels que la gastronomie, mais aussi le sport et la culture. Cette stratégie, qui implique le maintien des mesures de distanciation et de protection mais y ajoute l’application d’un principe de « test systématique à l’entrée », concerne donc directement le monde du travail, en particulier les secteurs et activités où les contacts clients sont importants et où le maintien des distances est difficile. Dans la foulée, les partenaires sociaux autrichiens ont négocié un accord collectif général sur les tests en entreprise. L’accord collectif général est un instrument rarement utilisé en Autriche. Il en existe moins d’une dizaine en tout. Le dernier à avoir été signé date de 1974. Un tel accord est en fait négocié entre les syndicats et la Chambre autrichienne de l’Économie (WKÖ). Il concerne tous les secteurs pour lesquels la WKÖ est habilitée à négocier des accords collectifs. Dans le cas présent, le nouvel accord collectif général sur les tests concerne avant tout les secteurs de la gastronomie, du commerce, des services à la personne, de l’enseignement, mais aussi de la logistique (magasiniers), soit environ 2400 entreprises et 530 000 salariés. Si l’accord existe désormais, il doit encore être « complété » et  formulé de manière à éviter d’éventuels écueils juridiques. On sait que les partenaires sociaux veulent y introduire une protection contre le licenciement pour les personnes testées positives. Par ailleurs, les tests auront lieu pendant les heures de travail, et ce, même s’ils sont réalisés ailleurs que sur le lieu de travail.