Découvrez gratuitement nos contenus !

Recevez chaque jour l’actualité sociale, juridique, européenne ou internationale par mail

France : la Cour d’appel de Paris confirme la suspension de l’opération de cession des parts Suez détenues par Engie à Veolia pour défaut d’information et consultation des instances de Suez
Planet Labor, 19 novembre 2020, n°12232 - www.planetlabor.com

La décision rendue aujourd’hui 19 novembre par la Cour d’appel de Paris dans le contentieux opposant les CSE de Suez à Engie et Veolia suite à la cession de 29,9% des parts de la première à la seconde rappelle avec force l’obligation d’informer et de consulter les représentants du personnel dès lors qu’un projet est suffisamment abouti. D’une part, elle affirme que l’employeur reste débiteur de l’obligation d’information et la consultation des représentants du personnel même dans le cas d’une décision impliquant des sociétés tierces. Ces dernières sociétés sont donc comptables du respect de cette obligation en devant fournir les informations nécessaires, et pouvant en subir les conséquences puisque le juge peut prononcer une suspension de l’opération jusqu’à accomplissement des procédures. De plus, la décision juge que les instances de Suez devaient être associées dès la cession de parts, étant donné que les communications publiques de Veolia avaient clairement laissé entendre que cette acquisition était un premier pas vers une OPA qui devait déboucher sur une opération industrielle d’envergure. Le projet semblait suffisamment abouti pour être soumis à l’avis des instances concernées selon les juges.

3490 caractères restants

Pour lire l’intégralité de cet article