Découvrez gratuitement nos contenus !

Recevez chaque jour l’actualité sociale, juridique, européenne ou internationale par mail

Grande-Bretagne : le Labour s’engage à instaurer la semaine de 4 jours en cas de victoire électorale
Planet Labor, 25 septembre 2019, n°11377 - www.planetlabor.com

«Le prochain gouvernement travailliste mettra en place les changements nécessaires pour réduire le temps moyen de travail à 32 heures par semaine et ce dans les dix prochaines années. Une semaine de travail plus courte sans perte de salaire» : voilà la promesse faite par le responsable des questions économiques du Labour, John McDonnell, lors du congrès annuel de la principale formation de l’opposition qui se termine ce 25 septembre. Actuellement, les Britanniques sont en moyenne 42,5 heures par semaine au bureau. Travailler 32 heures équivaudrait à une semaine de 4 jours mais pourrait aussi être abordé différemment par les entreprises. Applaudie par les syndicats, cette annonce – qui intervient dans un contexte de risque d’élections anticipées donnant des allures de campagne à chaque déclaration politique (v. dépêche n°11354) – a par contre révolté les patrons. «Sans gain de productivité, cela va pousser nombre d’entreprises à leur perte», a alerté Carolyn Fairbairn, directrice générale de la confédération patronale CBI. Les employeurs sont d’autant plus agacés que le Labour veut également supprimer la dérogation britannique à la Working Time Directive européenne. Cette directive limite le temps de travail hebdomadaire moyen à 48 heures. Les salariés britanniques peuvent cependant choisir de s’en affranchir, une possibilité qui ravit les patrons, selon lesquels cette dérogation est nécessaire à la flexibilité du marché du travail.