Découvrez gratuitement nos contenus !

Recevez chaque jour l’actualité sociale, juridique, européenne ou internationale par mail

Italie : le gouvernement Conte II, soutenu par la majorité 5 Etoiles – Parti Démocrate, a obtenu la confiance
Planet Labor, 11 septembre 2019, n°11345 - www.planetlabor.com

La majorité est plus confortable à la Chambre des Députés (343 voix sur 630), plus serrée au Sénat où le gouvernement a obtenu mardi 10 septembre au soir 169 voix sur 315. Dans son discours de programme, prononcé la veille à la Chambre, Giuseppe Conte a présenté son projet qui « vise à faire renaître le pays sous le signe du développement, de l’innovation et de l’équité sociale » et à « imprimer un tournant profond dans les politiques économiques et sociales ». En ce qui concerne les mesures pour le travail, M. Conte a repris presque mot pour mot le programme publié la semaine dernière (v. dépêche N. 11336). « Notre objectif prioritaire est de réduire les impôts sur le travail (…) au bénéfice total des travailleurs », a-t-il déclaré. Le gouvernement entend débloquer l’épineux dossier du salaire minimum, qui fait l’objet de deux propositions de loi différentes, l’une des 5 Etoiles et l’autre du Parti Démocrate. Alors que les 5 Etoiles auraient voulu imposer un salaire horaire de 9 euros, le nouveau gouvernement semble vouloir préserver les acquis des négociations collectives, à travers le mécanisme de « l’efficacité erga omnes (pour tous, ndlr) des conventions collectives souscrites par les organisations syndicales les plus représentatives ». Cela suppose donc de mesurer leur représentativité, et le gouvernement entend approuver une loi sur la question, « sur la base d’indicateurs très rigoureux » selon M. Conte. La rémunération équitable des jeunes travailleurs autonomes, une loi sur l’égalité salariale femmes/hommes et un plan de prévention des accidents du travail complètent le programme. M. Conte a conclu cette partie de son discours en affirmant qu’il faut également « lutter contre les formes odieuses d’exploitation des travailleurs », semblables à ce qui aurait été par le passé défini comme « de véritables conditions d’esclavage ».