Découvrez gratuitement nos contenus !

Recevez chaque jour l’actualité sociale, juridique, européenne ou internationale par mail

Nouvelle-Zélande : le gouvernement introduit un congé de deuil parental en cas de fausse couche
Planet Labor, 30 mars 2021, n°12444 - www.planetlabor.com

Les mères néo-zélandaises victimes d’une fausse couche vont désormais bénéficier, tout comme leur partenaire, d’un congé de deuil rémunéré de 3 jours. Ce nouveau droit a été adopté à l’unanimité par le Parlement le 24 mars et sera effectif d’ici quelques semaines, une fois la formalité du consentement royal passée. «Leur chagrin n’est pas une maladie, c’est un deuil. Et un deuil prend du temps», a lancé Ginny Andersen, la député travailliste à l’origine du texte qui entend briser un tabou. La loi néo-zélandaise précise que toutes les fausses couches seront considérées, peu importe leur date d’intervention, jusqu’à 20 semaines de gestation, sachant qu’à partir de la 21ème semaine de grossesse un congé parental existe déjà pour les parents perdant leur bébé. Les parents ayant recours à une mère porteuse pourront également en bénéficier. En revanche, les avortements ne seront pas concernés. Dirigée par la progressiste et féministe Jacinda Ardern, la Nouvelle-Zélande devient ainsi le deuxième pays à soutenir les victimes de fausse couche après l’Inde qui offre, quant à elle, 6 semaines de congés aux femmes dans cette situation. Ce droit reste cependant peu utilisé par les Indiennes qui ont souvent des emplois non déclarés. «J’espère qu’après avoir été un des premiers (à faire cette démarche), nous ne serons pas les derniers et que d’autres pays vont commencer à légiférer pour un système de congé empathique et juste», a déclaré Ginny Andersen.