Découvrez gratuitement nos contenus !

Recevez chaque jour l’actualité sociale, juridique, européenne ou internationale par mail

La CEDH définit les circonstances dans lesquelles la vidéosurveillance secrète de salariés est justifiée
Planet Labor, 29 octobre 2019, n°11453 - www.planetlabor.com

Dans un arrêt rendu le 17 octobre (ici), la Cour européenne des droits de l’homme a affirmé que la mise sous vidéosurveillance secrète d’employées, à l’origine de leur licenciement ne violait de l’article 8 (droit au respect de la vie privée et familiale) de la Convention européenne des droits de l’homme pas plus qu’a l’article 6 § 1 (droit à un procès équitable). Pour les juges, les tribunaux espagnols avaient minutieusement mis en balance les droits des requérantes – des employées d’un supermarché soupçonnées de vols – et ceux de l’employeur, et qu’ils avaient examiné en détail la justification de la vidéosurveillance. Un des arguments des requérantes était qu’elles n’avaient pas été averties au préalable de leur mise sous surveillance, malgré une obligation légale, mais la Cour a jugé qu’une telle mesure était clairement justifiée en raison des soupçons légitimes d’irrégularités graves et des pertes constatées.

4216 caractères restants

Pour lire l’intégralité de cet article