Découvrez gratuitement nos contenus !

Recevez chaque jour l’actualité sociale, juridique, européenne ou internationale par mail

États-Unis : Starbucks veut exclure les salariés syndiqués de son plan de hausse des salaires
Planet Labor, 5 mai 2022, n°13041 - www.planetlabor.com

Howard Schultz, PDG de Starbucks, vient d’annoncer des hausses de salaires pour tous les employés américains, à l’exception de ceux qui se sont syndiqués ou pourraient le faire. Le fondateur de la chaîne de cafés, employant 240 000 personnes aux États-Unis, l’a annoncé à l’occasion de sa présentation, devant les professionnels de Wall Street, d’un plan d’un milliard de dollars de hausse des salaires. Il promet ainsi d’augmenter le minimum horaire à 15$ de l’heure dès cet été. Les employés présents dans l’entreprise depuis 2 à 5 ans bénéficieront d’une hausse de 5 % quand ceux qui travaillent dans l’entreprise depuis plus de 5 ans verront leur paie augmenter de 7 %. À cela s’ajoutent un doublement du temps de formation des baristas, plus d’indemnités de congé maladie et la possibilité pour les clients d’inclure un pourboire quand ils paient par carte bancaire. Ces différentes mesures, cependant, ne concernent pas les 46 cafés dont les employés ont voté pour se syndiquer, ni la centaine d’autres cafés qui doivent voter dans les prochaines semaines pour rejoindre ou pas Workers United (v. dépêche n°12850). Howard Schultz explique que d’éventuelles hausses doivent faire partie des négociations collectives en cours avec le syndicat. Les représentants de Workers United, filiale du syndicat des services SEIU, estiment de leur côté que la direction du groupe tente d’intimider les employés avant leur vote. Ils ont envoyé une lettre à l’agence fédérale NLRB (National Labor Relations Board) déclarant que ce traitement inégal de l’ensemble des salariés viole la loi de 1935 régissant les relations du travail.