Découvrez gratuitement nos contenus !

Recevez chaque jour l’actualité sociale, juridique, européenne ou internationale par mail

Grande-Bretagne : 1/4 des dirigeants des grandes entreprises ont réduit leur salaire à cause du coronavirus (étude)
Planet Labor, 16 avril 2020, n°11844 - www.planetlabor.com

Pour contrer l’impact de la crise sanitaire, 25 entreprises sur les 100 composant l’indice boursier vedette FTSE 100 ont diminué les salaires de leurs dirigeants, a révélé le 14 avril une étude réalisée par le think tank High Pay Centre et l’agence de presse PA. La plupart de ces baisses sont de 20%. Mais certains groupes sont allés plus loin, comme la société de services d’hygiène Rentokil dont le directeur général a abaissé sa rémunération de 35%. «Il est essentiel que les entreprises fassent des économies. Il faut évidemment commencer par les très hauts salaires des dirigeants, qui peuvent facilement se permettre une baisse de revenus tout en conservant un train de vie bien au-delà des rêves les plus fous de la plupart des gens», a commenté Luke Hildyard, directeur du High Pay Centre. L’autre mesure courante pour enrayer les effets économiques de la pandémie est la réduction des dividendes. Mais l’étude dénonce le fait que le géant de l’agro-alimentaire Associated British Foods, propriétaire des magasins Primark, n’ait pas pris une décision similaire alors qu’il a mis 30.000 salariés au chômage technique via le dispositif d’aide du gouvernement (v. dépêche n°11747). Onze groupes – dont les banques HSBC et Lloyds et le constructeur Persimmon – ont par ailleurs annoncé avoir supprimé les bonus et/ou régimes d’intéressement des dirigeants. «Cependant trop d’entreprises ne font absolument rien ou seulement un geste symbolique», a regretté Luke Hildyard.