Planet Labor devient mind RH

Comment l’entreprise de haute technologie Thales accélère le rythme des innovations pédagogiques et la “mise sur marché” de solutions répondant toujours mieux aux besoins des métiers et des salariés

Jean-Roch Houllier, Directeur de l’innovation pédagogique du Thales Learning Hub, a mis en place il y a plus de 18 mois une organisation visant à permettre au système de formation de son entreprise de servir les nouveaux besoins et « surtout de rester au centre d'un échiquier qui s'est considérablement complexifié avec l'arrivée de nouveaux acteurs », arrivée qui contribue à une forme d’ubérisation de la formation. Dans un entretien à Planet Labor, celui qui a dû avant de penser cette structure et stratégie faire un diagnostic des transformations qui touchent l’univers de la formation, partage son analyse et comment il a bâti une vision et une stratégie en termes de pédagogie et de digital.

Par Mano. Publié le 13 janvier 2020 à 12h35 - Mis à jour le 13 janvier 2020 à 16h39
  • Comment résumeriez-vous les tendances qui viennent aujourd’hui « challenger » les systèmes de formation des entreprises ?

Jean-Roch Houllier. La première tendance est celle de l’ubiquité des savoirs, de laquelle résulte d’ailleurs une forme d’ubérisation de l’univers de la formation. Aujourd’hui le savoir est partout. On trouve la possibilité de s’abreuver de contenus un peu partout sur Internet et pas seulement. Cette situation a une conséquence importante pour toutes les institutions engagées dans l’univers formel et classique de la formation. Elle pose la question de qui détient finalement le savoir et elle remet en cause le détenteur ou la détentrice de la connaissance. Cela conduit nécessairement à un repositionnement en matière de proposition de valeur de nos systèmes de formation dans nos entreprises si nous voulons demain rester au centre de la formation.

L’autre tendance est le développement d’attitudes plus opportunistes et, d’une certaine façon plus consuméristes, de nos apprenants.

De plus, les systèmes doivent devenir beaucoup plus collaboratifs et ce point me semble d’autant plus important que l’idée prévaut qu’il n’y a plus de personnalité omnisciente.…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.