Découvrez gratuitement nos contenus !

Recevez chaque jour l’actualité sociale, juridique, européenne ou internationale par mail

Pratiques d’entreprise : la filiale acier de ThyssenKrupp a réduit son temps de travail pour embaucher 1000 apprentis et rajeunir ses effectifs
Planet Labor, 25 juin 2012, n°6730 - www.planetlabor.com

Des restructurations à la chaîne. « Jusqu’en 2006, nous étions essentiellement préoccupés par une question : comment supprimer des postes ? », explique Veit Echterhoff, en charge de la politique de formation chez ThyssenKrupp Steel Europe, filiale acier du groupe allemand ThyssenKrupp. Et pour cause. Premier producteur d’acier d’Allemagne, ThyssenKrupp Steel Europe (28843 salariés, 12,8 milliards de CA en 2010/2011), basé à Duisburg, est touché dès sa création par les effets de la crise de la sidérurgie, qui sévit en Europe depuis les années 70. Fermeture progressive des hauts fourneaux dans le bassin de la Ruhr, processus de concentration avec la fusion en 1997 de Thyssen avec son concurrent de longue date Krupp, près de la moitié des emplois dans l’industrie sidérurgique disparaissent outre-Rhin. Les jeunes sont les plus touchés. ThyssenKrupp Steel Europe, qui enchaîne restructuration sur restructuration, continue certes à former plus d’apprentis que nécessaire pour couvrir ses besoins, mais l’entreprise se limite à embaucher chaque année ses 15 meilleurs apprentis. Aucun programme d’embauche n’est prévu.

4905 caractères restants

Pour lire l’intégralité de cet article