Découvrez gratuitement nos contenus !

Recevez chaque jour l’actualité sociale, juridique, européenne ou internationale par mail

Grande-Bretagne : la confédération syndicale TUC réclame une évaluation des risques dans chaque entreprise avant la reprise du travail
Planet Labor, 27 avril 2020, n°11884 - www.planetlabor.com

Alors que le royaume a prévu d’être confiné jusqu’au 7 mai minimum, la confédération syndicale TUC s’inquiète déjà du déconfinement et demande au gouvernement d’exiger à chaque employeur d’abaisser les risques pour la santé de ses salariés sous peine de sanctions. «Trop de salariés ont été contraints de mettre leur santé en péril durant cette pandémie», a dénoncé sa secrétaire générale, Frances O’Grady. Selon un rapport publié par l’organisation syndicale le 27 avril, 41% des salariés britanniques sont aujourd’hui un peu ou très inquiets de repartir travailler. Face à ce constat, elle préconise donc d’imposer aux employeurs une évaluation des risques à faire avec les syndicats ou les salariés. Des mesures sanitaires (masque, distance de sécurité…) devront être approuvées par un délégué syndical en charge de la health and safety ou par un inspecteur du travail. Si un employeur ne se pliait pas à ces exigences, il serait sanctionné par l’organisme chargé de la santé et de la sécurité au travail (HSE), alors que les salariés auraient eux le droit de ne pas aller travailler si les conditions sont mauvaises. Dans son rapport, la confédération syndicale a aussi demandé au gouvernement de lancer une campagne faisant de la sécurité au travail une priorité. Enfin, le TUC aimerait que les syndicats soient consultés lorsque l’exécutif préparera ses recommandations sectorielles pour la reprise du travail et lorsque les employeurs les mettront en œuvre.