Planet Labor devient mind RH

Hongrie : un syndicat force l’entrée d’une usine Suzuki

L’histoire commence en décembre 2005, lorsque l’une des 6 confédérations syndicales hongroises, LIGA, organise un rallie juste devant l’usine Suzuki d’Esztergom. Avec le slogan suivant : « NOS VOITURES-NOS TRAVAILLEURS », la confédération réclame l’amélioration des conditions de travail pour le personnel de l’usine. Elle y fait alors une nouvelle recrue, Mr Zsolt Parma, qui après l'évènement reprend contact avec elle. De retour du  10ème congrès de la centrale syndicale où il avait été invité, l’employé recrute à son tour parmi ses collègues : en très peu de temps, 68 employés de l’usine adhèrent à LIGA et ce en dépit des tentatives de dissuasion de la part de la direction. En effet, cette dernière est intervenue à plusieurs reprises pour tenter d'imposer le contrôle des correspondances bilingues, pour exiger d'être informée des réunions  au moins 5 jours à l'avance ainsi que la transmission des informations sur les adhérents.

Par . Publié le 25 janvier 2006 à 9h38 - Mis à jour le 17 mars 2013 à 20h13

pour tenter d’imposer le contrôle des correspondances bilingues, pour exiger d’être informée des réunions  au moins 5 jours à l’avance ainsi que la transmission des informations sur les adhérents.

La perspective de l’inauguration du syndicat le 13 janvier rend la direction encore plus nerveuse,…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.