Découvrez gratuitement nos contenus !

Recevez chaque jour l’actualité sociale, juridique, européenne ou internationale par mail

Italie: le groupe hôtelier Marriott et les syndicats s’engagent à lutter ensemble contre le harcèlement sexuel (en bref)
Planet Labor, 3 juillet 2019, n°11204 - www.planetlabor.com

C’est une première pour le groupe Marriott dans le monde. Selon ce « compte-rendu de réunion » du 28 juin entre les directions de 9 palaces et les syndicats (Filcams-Cgil, Fisascat-Cisl et Uiltucs), l’entreprise déclare avoir mis en place des politiques sévères aussi bien pour la prévention que pour la répression des comportements liés au harcèlement sexuel, aux discriminations et au trafic d’êtres humains. Les salariés « doivent pouvoir effectuer leurs activités en sécurité et sans craintes. A cet effet, des politiques, procédures et formations ont été adoptées depuis des décennies » pour promouvoir un lieu de travail sûr, « y compris quand nos collaborateurs interagissent avec les clients ». Marriott a mis en place des points d’écoute, baptisés « Business Integrity Line », qui permettent de signaler ou de dénoncer, éventuellement sous anonymat, des comportements non conformes. Marriott communique également avoir mis en place de strictes politiques contre la traite des êtres humains, avec des formations pour que les collaborateurs puissent notamment identifier les cas éventuels. Les syndicats ont demandé que les signalements soient traités avec discrétion et célérité, et que des sanctions adéquates soient prises contre les auteurs de harcèlement ou de violences, « y compris quand il s’agit de clients ». L’entreprise et les syndicats conviennent donc de l’importance d’une vigilance active sur le thème et de la nécessité d’agir avec confidentialité et impartialité en cas de signalements, et affirment qu’il faut « fermement et sévèrement sanctionner » les actes déviants, dans le cadre des lois et de la convention collective. Pour les syndicats, il s’agit d’un « petit pas important » a souligné l’Uiltucs qui regrette que la chaine hôtelière américaine ait refusé de s’engager dans un accord mondial sur le sujet malgré la sollicitation de l’UITA (fédération syndicale internationale du secteur) en ce sens. 

66 caractères restants

Pour lire l’intégralité de cet article