Découvrez gratuitement nos contenus !

Recevez chaque jour l’actualité sociale, juridique, européenne ou internationale par mail

Italie : les syndicats de la mécanique et de la métallurgie présentent leur plateforme unitaire de revendications en vue du renouvellement de la convention collective nationale
Planet Labor, 6 septembre 2019, n°11338 - www.planetlabor.com

C’est la première fois depuis douze ans que FIOM-Cgil, FIM-Cisl et UILM proposent une plateforme commune, après la grande rupture entre les centrales syndicales qui étaient divisées sur la réforme du modèle de négociation collective qui avait conduit la fédération du métal de la Cgil, confédération opposée à cette réforme, à ne pas signer les conventions collectives de 2009 et 2013. La CCN de novembre 2016 (v. dépêche N. 9941), qui arrive à échéance au 31 décembre 2019, avait marqué un retour à l’unité syndicale et un tournant dans les relations sociales, aussi bien pour les modalités de calcul de l’inflation pour les augmentations de salaires que pour les mesures innovantes en matière de formation et welfare. Les syndicats revendiquent aujourd’hui une hausse des minima salariaux de 8% sur la période 2020-2022 ; une plus grande participation des travailleurs, à travers des comités consultatifs ; des mécanismes pour favoriser le renouvellement générationnel ; de nouveaux systèmes d’évaluation des compétences, assortis d’un bilan de compétences pour chaque salarié ; l’augmentation à 250 euros (contre 200 actuellement) des services de welfare (« flexible benefits »). La plateforme de revendications, approuvée le 4 septembre par les exécutifs des organisations syndicales et soumise ces jours-ci au vote des travailleurs, fait en outre la part belle à la formation. Constatant que « la grande partie des entreprises mécaniques et métallurgiques n’ont pas concrétisé l’application du droit individuel à la formation » prévu dans la CCN de 2016 (v. dépêche N. 10927), les syndicats proposent des initiatives pour rendre cette mesure effective, y compris pour les seniors et les travailleurs les moins qualifiés.