Découvrez gratuitement nos contenus !

Recevez chaque jour l’actualité sociale, juridique, européenne ou internationale par mail

Les partenaires sociaux européens du tourisme et de l’hôtellerie-restauration réclament une meilleure régulation de l’économie des plateformes
Planet Labor, 20 décembre 2019, n°11563 - www.planetlabor.com

Les fédérations EFFAT (European Federation of Food, Agriculture and Tourism Trade Unions) et HOTREC (Hotels, Restaurants & Cafés in Europe), ont signé le 29 novembre dernier une déclaration conjointe pour demander “des conditions équitables et une concurrence loyale dans l’hôtellerie et le tourisme”. Ils visent ainsi l’économie des plateformes de leurs secteurs et demandent à ce que plus de contrôles et de contraintes soient exercés à l’égard de ces acteurs. Les fédérations souhaitent que l’UE aille plus loin dans sa réglementation du secteur des plateformes, demandant à ce “qu’une plus grande transparence sur la différenciation entre des hôtes privés et des prestataires professionnels” soit faite citant en exemple le fait que “dans certaines destinations européennes, environ la moitié des hôtes (dits privés) gèrent 3 propriétés ou plus simultanément confirmant ainsi (…) qu’ils doivent être considérés comme des fournisseurs professionnels”. Il s’agirait ensuite d’appliquer les mêmes obligations à ces acteurs en terme, par exemple, de fiscalité ou d’hygiène et sécurité. Les 2 organisations ont convenu d’évaluer l’impact de l’économie des plateformes sur les entreprises et l’emploi de l’hôtellerie et du tourisme. Elles déclarent en effet craindre “que l’augmentation du nombre de services fournis via les plateformes entraîne la création d’emplois précaires et informels, au détriment de l’emploi régulier”. Ils souhaitent également établir des recommandations pour “garantir des conditions de concurrence équitables”. Elles appellent néanmoins d’ores et déjà “les pouvoirs publics à prendre des mesures pour plus de régulation, un recueil des données, l’établissement de sanctions et des moyens plus conséquents de contrôles » afin de garantir “la protection des consommateurs, le traitement équitable et le respect des droits des travailleurs ainsi qu’un environnement concurrentiel équitable pour les entreprises”.