Découvrez gratuitement nos contenus !

Recevez chaque jour l’actualité sociale, juridique, européenne ou internationale par mail

Allemagne : le lent démarrage du dépistage contre le coronavirus en entreprise fait débat
Planet Labor, 6 avril 2021, n°12457 - www.planetlabor.com

Conformément à la décision prise le 3 mars 2021 par le gouvernement fédéral et les Länder, les entreprises sont appelées à proposer des tests rapides – dits antigéniques – au moins une fois par semaine et gratuitement à leurs salariés travaillant en présentiel. Ces actions de dépistage en entreprise constituent un élément central de la stratégie nationale de lutte contre la troisième vague du coronavirus Outre-Rhin. En mars également, les grandes fédérations patronales du pays (BDA, BDI, DIHK et ZDH) ont à leur tour appelé les entreprises à proposer des tests antigéniques une fois par semaine aux salariés volontaires. Mais selon une enquête publiée le 6 avril 2021 par l’institut de recherche WSI rattaché à la Fondation syndicale Hans-Böckler, la campagne de dépistage en entreprise, en dépit de ces appels pressants, ne progresse que lentement. Seuls 23% des salariés interrogés ont déclaré avoir eu la possibilité au cours des deux dernières semaines du mois de mars de réaliser un test rapide par semaine sur leur lieu de travail. 17% des salariés ont indiqué que leurs employeurs avaient annoncé la mise en place d’actions de dépistage, mais que ces dernières n’avaient pas encore débuté. Face à ces maigres résultats, la fondation syndicale a appelé le gouvernement de grande coalition à rendre ces tests obligatoires, comme c’est déjà le cas dans deux Länder, en Saxe et à Berlin. Une perspective rejetée en bloc par le patronat. Mais le gouvernement d’Angela Merkel a déjà indiqué qu’il introduirait une obligation de dépistage dans les entreprises à l’échelle nationale, si le quota de tests demeurait trop faible.