Découvrez gratuitement nos contenus !

Recevez chaque jour l’actualité sociale, juridique, européenne ou internationale par mail

Brésil : Danone et Nestlé mis en cause dans un trafic de yaourts avec des personnes en situation de travail forcé
Planet Labor, 29 janvier 2019, n°11298 - www.planetlabor.com

Le ministère public du Travail a infligé des amendes à deux entreprises agro-alimentaires au Brésil, Danone et Nestlé, dans une affaire de travail « analogue à des conditions d’esclavage moderne ». C’est le site d’information The Intercept Brasil, en collaboration avec la plateforme Reporter Brasil, qui a révélé l’affaire, le 28 janvier. Les procureurs ont identifié 28 vendeurs ambulants de produits laitiers pris dans un système de revente à crédit, dans lequel leurs salaires restaient régulièrement impayés. Amenés des régions pauvres du pays, les travailleurs vivaient regroupés dans des logements insalubres et travaillaient 14 heures par jour. La police fédérale qui a également mené l’enquête a estimé que les deux multinationales tiraient des bénéfices (à hauteur de 2% de leur chiffre annuel) et qu’elles « fermaient les yeux » sur ce trafic, qui a lieu dans l’État de São Paulo, certainement depuis des années. Pour ne pas avoir effectué les contrôles nécessaires dans leur chaîne commerciale, Danone et Nestlé, qui livraient directement les entrepreneurs responsables du système de revente de yaourts (souvent proches de leur date de péremption), ont reçu des amendes pour « complicité », respectivement de 43.000 euros (185.000 réaux) et 32.000 euros (139.000 réaux). Les deux entreprises ont annoncé avoir cessé leurs relations commerciales avec leurs revendeurs locaux, suite aux investigations.