Planet Labor devient mind RH

Grande-Bretagne : le gouvernement promet un code de bonnes pratiques contre le “fire and rehire” abusif

Par Jessica Agache-Gorse. Publié le 01 avril 2022 à 9h13 - Mis à jour le 01 avril 2022 à 9h13

Depuis le début de la pandémie, la technique du “fire and rehire”, qui consiste à licencier un employé pour l’embaucher à nouveau avec un contrat moins avantageux, a explosé (v. dépêche n°12482). Bien que ce procédé soit légal en cas de difficultés financières de l’entreprise, le gouvernement a annoncé, le 29 mars, la publication d’un code de bonnes pratiques sur l’utilisation de cette pratique qui rappellera qu’elle « doit être envisagée uniquement en dernier recours ». « Utiliser le “fire and rehire” comme une tactique de négociation est totalement inacceptable », a noté l’exécutif. Ce code – dont on ne connaît ni les détails, ni la date de publication – précisera aux entreprises comment mener des consultations et faire des changements de contrats de façon « juste, transparente et réfléchie ». Présenté comme obligatoire, il aura avant tout un effet « dissuasif ». Cependant, les tribunaux du travail pourront augmenter les indemnités versées à un salarié de 25% s’il est établi qu’une entreprise n’a pas respecté ce code. « Nous voulons que les entreprises traitent justement leurs employés », a lancé le secrétaire d’État en charge du marché du travail Paul Scully, qui n’a pas caché faire cette annonce en réaction au scandale de P&O Ferries (v. dépêche n°12984). Favorables à une suppression totale du “fire and rehire”, les syndicats ont froidement accueilli ce code qui a été qualifié de « bricolage futile » par GMB et de « pas de bébé » par la confédération syndicale TUC.

 

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.