Découvrez gratuitement nos contenus !

Recevez chaque jour l’actualité sociale, juridique, européenne ou internationale par mail

Grande-Bretagne : un cabinet d’avocats menace de lancer une action en réparation de préjudice contre le géant du tabac British American Tobacco accusé d’exploiter des enfants
Planet Labor, 5 novembre 2019, n°11466 - www.planetlabor.com

Le cabinet britannique Leigh Day, spécialisé dans les droits de l’homme, a envoyé une lettre de mise en demeure au géant British American Tobacco (BAT), dont le siège est à Londres annonçant son intention de déposer un recours devant une haute cour de Londres cette année s’il n’obtient pas de réponse satisfaisante. Ils accusent BAT d’acheter du tabac au Malawi qui serait le fruit du travail de plus de 350 enfants qu’il représente, dont les plus jeunes ont à peine 3 ans. Leigh Day, qui a décidé de lancer cette action en demande d’indemnisation après une enquête choc du Guardian publiée l’an dernier, estime qu’au total, 15.000 plaignants pourraient s’associer à ce recours inédit surveillé de près par les grandes entreprises et qui a déjà convaincu les États-Unis de suspendre l’importation de tabac du Malawi. BAT a pourtant atteint cette année la 3e place de l’index Global Governance FTSE 100, classant les grandes entreprises ayant fait le plus de progrès dans la lutte contre l’esclavage moderne. Simon Cleverly, responsable corporate affairs du groupe, jure d’ailleurs que BAT prend «le problème de l’exploitation des enfants très au sérieux et est complètement d’accord avec que le fait que les enfants ne doivent jamais être exploités, exposés à des dangers ou être exclus de l’éducation». Cependant sur place, selon les avocats, les familles sont si peu payées qu’elles n’ont pas d’autre choix que de faire participer leurs enfants. A noter que l’OIT a elle-même plusieurs fois dénoncé l’exploitation d’enfants dans la culture du tabac.